Lettres

Avec les moyens modernes de communication, je n’ai pas l’habitude d’écrire à mes enfants : un coup de téléphone, un court sms ou un rapide mail font l’affaire en attendant de nous retrouver pour parler. Cette lettre écrite à ma fille au moment où elle entrait dans le métier de prof reprend et développe une lettre écrite à un de ses amis qui avait réussi son CAPES l’année précédente. C’est une lettre à ma fille, prétexte à faire un petit point sur les principes que j’ai acquis peu à peu  au cours de ma carrière d’instituteur et qui me guident à la fin de celle-ci. Ces principes généraux me semblent adaptables dès qu’on s’adresse à un élève, quelque soit son âge. Il ne s’agit pas de donner un cours, de jouer à l’ancien qui sait tout, mais bien d’essayer de partager des convictions dont chacun fera l’usage qui lui en semble le meilleur : l’oublier, en retenir un point, ou plusieurs, confronter avec son expérience ou avec celle d’autres.

En tout cas, il s’agit bien de rendre hommage à tous ceux qui entrent dans cette profession, quasiment sans formation, et qui vont devoir tâtonner pour s’aguerrir, un peu comme si on faisait passer un concours d’entrée à une infirmière après quelques années d’apprentissage d’anatomie ou de physiologie et qu’on l’envoyait du jour au lendemain dans un hôpital où chez un patient en lui demandant de regarder sur internet comment on fait une piqure ou un pansement.

Courage les jeunes, on finira bien par avancer…

Lettre à ma fille et aux jeunes enseignants

Suite à Charlie, mais pas que, j’ai décidé de m’adresser directement à la ministre de l’Éducation Nationale, ma chef. Ça donne une longue lettre qui pourrait bien encore s’allonger, tant j’ai à lui dire, à elle et à tous ceux qui ont une quelconque responsabilité dans le fonctionnement de cette institution. Je ne reflète pas fatalement l’opinion de mes collègues sur tous les points, mais ça pas d’importance. Je n’en peux plus de répondre à des questionnaires, où il faut cocher des cases puis éventuellement mettre un commentaire en un nombre limité de signes. Ces questionnaires dans lesquels je ne me retrouve jamais, où j’ai toujours l’impression de me laisser embarquer où je ne le voudrais pas, où l’on ne peut qu’être d’accord mais qui n’apportent aucun changement…

J’ai simplement eu enfin envie de dire ma parole, sans certitude mais sans langue de bois…

Lettre ouverte à madame le ministre de l’Education Nationale

2 commentaires

  1. bonsoir,
    j’arrive enfin!
    pourquoi limiter … et aux jeunes enseignants.
    à mon avis, ce texte (bien digne de toi) s’adresse à tous : on est toujours à la fois un enseignant et un apprenant!
    la bise à bientôt et bravo pour cette belle reprise
    GEPE

    1. Tout à fait, mon cher toi… Pour moi, La lettre s’adresse à une personne précise ou à un public particulier, mais, si cette lettre est diffusée, c’est qu’elle n’est pas strictement confidentielle et, par conséquent, s’offre à toute personne qui voudra bien s’en saisir.
      Dans ce site, la section LETTRES, sera à priori, la seule partie un peu polémique, c’est à dire offrant une entrée dans un débat sur des faits de société ou d’actualité. Je ne voulais pas un blog où livrer mes réactions quotidiennes (souvent passionnée et colériques en ces temps dits modernes), mais un lieu où poser des « trucs » qui me semblent devoir résister un peu au temps… Enfin, au mien pour commencer…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *