Enregistrements

Une petite précision s’impose comme préalable : j’adore la chanson française et j’adore chanter mais je porte comme un fardeau mes difficultés musicales. Alors par avance, je vous présente toutes mes excuses pour la faiblesse de l’accompagnement. Peut-être qu’un vrai musicien aura l’idée d’enrichir les musiques… Poussez la porte : elle est ouverte dans ce sens…

Introduction :

« Introduction » est une suite de textes accompagnée à la guitare (mal évidemment, mais chacun fait ce qu’il peut), dits et/ou chantés. C’est bien sûr le commencement du seul spectacle que j’ai proposé sur scène à la MJC de Gex en juin 1985. Il venait finaliser une semaine d’expo photos et textes qui portait le nom de ce site. Un simple radio cassette branché dans un coin de la salle, a permis de garder trace de cette soirée. Nous sommes évidemment loin des enregistrements professionnels, mais c’est un souvenir que je veux partager.

Parmi les textes, « Je ne veux pas mourir ce matin » et « Une chanson ».

Katya :

Voici une autre vieille chanson. Katya doit avoir plus que la quarantaine et je ne l’ai jamais revue. Ça ne m’empêche pas de penser à elle régulièrement et à tous les mômes de cette époque-là. Un petit clin d’œil aussi à son maître, à la retraite désormais pour tout entier se consacrer à son art.

 

Le cancre las :

A la création du site, j’avais dit que je commencerais par publier des archives, des productions qui me sembleraient avoir supporté l’usure du temps. Une fois encore, les bonnes résolutions étant prises pour ne pas être tenues, je vais déroger à la règle avec ce titre, tout récent et qui me semble bien en lien avec l’actualité. Cela faisait une éternité que je n’avais pas mis un bout de guitare sur un texte.

 

Claire :

Cette chanson, je l’ai écrite d’un trait, en rentrant de ma première Assemblée Générale du Sou des Écoles, au milieu de la nuit reliant les 18 et 19 janvier 1987, quelques heures tout juste après son départ. Pendant très longtemps, je n’ai plus écrit de chanson et de moins en moins de textes, jusqu’à ce que les mots viennent de nouveau me chatouiller le ciboulot. En ce qui concerne l’air, je dois bien avouer que j’ai fait du plagiat, la musique de « Blanche » de Pierre Perret m’a accompagné dans l’écriture. Tendre Pierrot me pardonnera car je ne lui ferai jamais d’ombre.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *